Non classé

Du lundi 07 avril 2008

English version

Les esprits :
Mes chers amis.
Voici un peuple perdu dans une sombre vallée, abasourdit par la hauteur des sommets qui les encerclent, ne percevant comme horizon que cailloux, roches et décombres. La lumière y parvient péniblement, dans un zénith incertain souvent couvert par des nuages tout autant obscures et grondants. Mais du haut des sommets existent des lumières, des projecteurs bien heureux qui éclairent sporadiquement cette triste vallée, redonnant à ceux qui sont en bas, un sens à leur vie, éclairant les contrastes nécessaires à leur évolution. La lumière part de ces sources et en un rayon étroit vient frapper de plein fouet le sol de la vallée. Ces lumières sont maniées par des hommes eux aussi dans l’obscurité profitant du coup de la lumière ainsi donné. Ils sont besogneux, oubliés quelques fois, rongés par la responsabilité. Méritant, ils s’appliquent à projeter ces lueurs bien à propos, se réjouissant du bien qu’ils font. Mais trop souvent ils se sentent esseulés, trop souvent ils aspirent à d’autres choses, bercés par les cris de joie de ceux qui sont en bas. Tenant d’une main les projecteurs et de l’autre se bouchant la vue comme pour espérer en des rêves les plus fous. Devront-ils courir en bas de la vallée oubliant leur travail d’éclaireurs, abandonnant à la providence les projecteurs lumineux perdus dans la fraîcheur des hauteurs ? Car ils restent toujours un peu dans l’ombre. Jamais ils ne se sentent réchauffer par la clarté de la lumière. Alors nous autres les électriciens du ciel, ceux par qui la lumière arrive, déployons nos propres projecteurs et éclairons ces hommes et ces femmes pour leur montrer en un jour nouveau, l’endroit magnifique dans lequel ils évoluent. Car voyez vous ces éclaireurs sont les garants d’une évolution globale qu’ils ne soupçonnent pas vraiment.
Cette métaphore vous est donnée mes frères. Vous n’êtes pas dans l’ombre, vous n’êtes pas oubliés, vous n’êtes pas en reste. Vous participez à un travail de sape qui bien qu’encore mal évalué pèsera dans votre humanité future.

Jean-Luc :
La question que j’aurais envie de vous poser, car je pense que tout le monde a compris cette métaphore, c’est que ce serait nous les éclaireurs de la vallée ?

Les esprits :
Devrons nous répondre à cette question ?

Tony :
C’est clair, c’est de nous qu’ils parlent.

Jean-Luc :
Oui oui…mais je voulais juste voir si j’avais bien compris.
Par rapport à ce qui vient d’être écrit y aurait-il des questions ?
Car c’est clair c’est une invitation à continuer notre travail même si quelquefois nous nous sentons esseulés…

Les esprits :
Avons-nous suffisamment tourné nos projecteurs ?
Vous êtes si prêt de nous.

Jean-Luc :
C’est sûr…on le sait depuis le temps…et c’est peut être un problème pour nous. Depuis le temps que nous établissons ces contacts avec vous, on a perdu le côté magique de la chose, puisque aujourd’hui vous faites partie de nos vies. Quand on vient en séance on est tellement sûr que vous allez être là que…l’on aborde ces séances d’une manière un peu trop désinvolte. Mais bon c’est vrai que l’on ne doute plus du fait que vous êtes là.

Les esprits :
Devrions cesser de vous visiter, pour que vous preniez conscience du travail à accomplir ?

(Tony prend la parole mais le microphone ayant été bougé pour le rapprocher de lui, rendait inaudible ce qu’il disait sur l’enregistrement)

Les esprits :
Mais ce n’est pas un mal, n’est ce pas le but escompter ?

Tony :
Tout a fait et je crois que l’on y est arrivé. Passé du surnaturel au naturel.

Les esprits :
Tu a le mot juste.

Jean-Luc :
Rien n’a rajouté par rapport à tout ça ?

(L’assistance n’a pas d’autre question)

Jean-Luc :
Par rapport au travail que nous avons à effectuer, vous nous écrivez : « Devrions cesser de vous visiter, pour que vous preniez conscience du travail à accomplir ? »
Je pense que nous en avons pris conscience du travail que nous devons accomplir, mais on va coincer sur des problèmes matériels. Je pense par exemple à la cellule que vous nous proposiez de faire autour du Module. Techniquement cela nous parait assez difficile à réaliser. Auriez vous une orientation concernant cela ?

Les esprits :
Oui plusieurs. Mais compte tenu de l’espace que nous avons pour nous manifester et de l’outil écrivain, nous devrons être le plus concis possible. Aussi, allons nous partir de l’une de vos doléances. Qu’est ce qui vous parait le plus compliqué ?

Jean-Luc :
Le plus compliqué apparemment est de construire une cabine autour du Module. Bien que techniquement j’imagine très bien comment faire, il faut savoir que dans ce grenier l’on n’a pas le droit de l’aménager, puisque la propriétaire ne veut pas. Hors pour construire une cellule autour du Module, d’une certaine manière on va être obligé de l’aménager en faisant des travaux assez conséquents.

Les esprits :
Qui a parlé de construire une cellule autour du Module ? Autour du foyer est plus juste. Essayons de comprendre. Nous allons tenter de vous orienter avec des schémas et des légendes bien à propos.

(Les entités dessinent des croquis)

Qu’elles sont les prérogatives, les exigences inhérentes au bon fonctionnement ?

Jean-Luc :
Bien il faut que l’on puisse enregistrer sans que les appareils du Module puissent perturber le son des enregistrements.

Les esprits :
Sois plus clair et concis. Il faut isoler le foyer d’expérimentation.
Regarde nous allons dessiner une coupe…
Que vois tu ?

(L’équipe commente le dessin)

Jean-Luc :
J’ai l’impression de voir une grosse caisse…

Tony :
Mais quelle matière utiliser pour ça ?

Les esprits :
Bien. Nous allons essayer d’être d’avantage intelligible. Le foyer est matérialisé par quatre paraboles, quatre haut parleur, un écran translucide, un parapluie réfléchissant, une glace que vous nommez de réflexion et une lentille Fresnel pour le laser. Est-ce exact ?

(L’équipe confirme)

Les esprits :
Bien, l’écran translucide, la glace de réflexion et la lentille Fresnel sont des ouvertures lumineuses. Est-ce exact ?

(L’équipe confirme)

Tony :
Il faudra les incorporer dans la boite directement.

Les esprits :
Bien partons de ce que vous nommez la boite. Elle sera rectangulaire et supportera les éléments nécessaires au Module. Face avant vue de l’intérieur. Il y aura une découpe rectangulaire où viendra se loger l’écran translucide. Aux quatre coins il y aura visser à l’extérieur les quatre paraboles montées sur caoutchouc. Quatre enceintes montées également sur silent bloc. Attention de respecter les angles pour créer le foyer. Face arrière intérieure. Il y aura une demi sphère réfléchissante de trente degré environ fixée au dos de l’expérimentateur. Face avant coté droit. Il y aura une ouverture ronde où viendra se loger la lentille Fresnel pour le laser. Face avant coté gauche. Il y a aura une ouverture où viendra se loger la glace de restitution. Voilà donc quelques indices pour construire votre cellule. Avez-vous comprit ?

Tony :
Juste un détail les paraboles seront à l’intérieur ?

Les esprits :
Elles se verront de l’intérieure mais les coupoles seront vissées à l’extérieur.

Tony :
D’accord, elles sont bien à l’intérieure si non les micros ne capteront rien si ils restent à l’extérieur.

(L’équipe fait à son tour des schémas pour mieux comprendre).

Jean-Luc :
Là déjà il va falloir que nous décortiquions tout cela.
Cela n’a rien à voir avec ce que nous pensions faire au départ, mettre le Module dans une cellule. Là carrément on refait un Module, on fait une cabine pour mettre l’expérimentateur au milieu.

Les esprits :
Suivez vous ?

(L’équipe répond positivement).

Les esprits :
Et les éclairages ?

Tony :
A l’intérieur !

Les esprits :
Très bien. Où cela ?

Tony :
Comme il faut exactement conserver les angles pour recréer le foyer, il faut les placer de façon à ce que l’on puisse les diriger vers le centre. Donc dans les angles de la cellule.

Les esprits :
Oui aux quatre angles.

Jean-Luc :
Aux quatre coins dans le fond ou…

Tony :
Je pense qu’il faut les mettre comme aujourd’hui.

Les esprits :
Oui !

Tony :
Parallèle aux paraboles. Il faudra d’abord les placer pour ensuite placer les lumières.

Gérard :
A l’intérieur de la caisse faudra t’il installer un isolement pour le bruit ?

Les esprits :
Oui !

Tony :
Donc si on utilise du bois pour la caisse et un système de filtrage acoustique à l’intérieure suffira ?

Les esprits !
Oui !

Tony :
Le but de cette caisse n’est pas de faire une cage de Faraday ?

Les esprits :
Non la cage de Faraday n’est pas une nécessité. Puisque de toute manière si cette dernière est suffisante pour l’électivité statique, elle demeure inefficace pour certaines ondes radio. Elle n’est pas un gage de prudence si ce n’est pour les douteux superficiels.

Jean-Luc :
Ok, bon déjà on va essayer de décortiquer tout ça pour voir comment on peu le mettre en application.

Les esprits :
Très facilement, il faudra revoir votre cadre.

Jean-Luc :
Le cadre du Module ?

Les esprits :
Oui !

Jean-Luc :
C’est ce que je disais à Joël, il faudra revoir tout le Module.

Les esprits :
Attention au support du vidéo projecteur.

Jean-Luc :
Oui, j’imagine que le support du vidéo projecteur sera aussi monté sur caoutchouc ?
Et le projecteur à l’extérieur de la caisse ?

Les esprits :
Cela est évident !
Nous préférons un support fixe. Car si il n’est pas important de déplacer quelque peu les caméras, il n’en est pas de même du vidéo projecteur.

Gérard :
Joël disait qu’il faudra peindre la cellule du Module en noir, qu’en pensez vous ?

Les esprits :
C’est une esthétisme qui vous regarde, n’oubliez pas que l’aspect final sera une source d’inspiration. Cet appareil existe ici avec nous. Nous vous orientons vers sa copie (possible dans sa théorie )sur Terre et avec vous selon vos moyens. Attention le Module tel qu’il est aujourd’hui est une vue éclatée de ce qu’il sera demain. N’oubliez pas qu’il évoluera encore, ne fabriquez pas quelque chose de non modulable.

Jean-Luc :
Par rapport à tout cela est ce qu’il y a des questions ?

Tony :
Existe-t-il aujourd’hui sur notre Terre d’autres groupes qui fabriquent la même machine ?

Les esprits :
Oui.

Tony :
Seront nous un jour en contact avec eux ?

Les esprits :
Nous l’espérons.

Jean-Luc :
Vous ne pouvez pas nous dire quels sont ces groupes ?

Les esprits :
Pas encore, nous ne pouvons aller plus en avant dans notre influence, puisque ces groupes arriveront à la même conclusion, mais ceci se fera en de multiples variantes et en un dépouillement analogue.

Jean-Luc :
Merci déjà pour toutes ces informations, quand on va le recopier on arrivera à mieux le comprendre et on essayera d’en sortir des dessins pour bien le schématiser.
La question suivante si vous le voulez bien sera en rapport aux images sur lesquelles nous avons des écritures. Certains internautes demandes si nous pourrons un jour déchiffrer celles-ci ?

Les esprits :
Vous déchiffrerez les écrits, comme vous nous entendrez et nous verrez d’avantage.

Gérard :
Il y a un internaute qui demande si l’on pourrait placer deux spots lumineux face aux caméras ?

Les esprits :
Non, nous avons encore besoins du support lumineux que nous offre ce système. Mais il arrivera le jour où celui-ci ne servira plus.

(Les questions suivantes avaient un caractère personnel. Elles ne paraîtront donc pas dans ce procès verbal).

Jean-Luc :
Auriez vous quelque chose à nous dire pour conclure cette soirée ?

Les esprits :
Oui de la découpe et du savoir faire. Et n’oubliez pas la fibre qui vous unis.

Les Amis de la Transcommunication.