Non classé

lundi 12 décembre 2008

English version

(L’écriture commençait par des chiffres et des lettres incompréhensibles de la même nature que celles que nous recevions en TCI par le Module)

Jean-Luc :
Je ne sais pas ce qu’il y a d’écrit, c’est incompréhensible, il y a un 5 à l’envers, un 4, un 2, un n et 3, 2.
Je ne sais pas ce que cela peut vouloir dire.

Les esprits :
Je prends la place, puisque l’on m’y autorise.
Me lisez-vous ?

Jean-Luc :
Oui on lit bien, mais qui est en train de nous écrire ?

Les esprits :
Je suis un délégué.

Jean-Luc :
Alors la première question. La première chose déjà : bonjour à vous, bienvenu. Pour la question pouvez vous nous expliquer ce que nous avons reçu en début d’écriture, qui était-ce et pourquoi?

Les esprits :
Ceci est ma patte, mon nom.

Jean-Luc :
D’accord, donc ce que nous voyons comme illisible est votre nom : 5 4 2 n 3 2, c’est cela ?

Les esprits :
Non c’est un alphabet.

Tony :
Serait-ce un début de code pour déchiffrer autre chose ?

Jean-Luc :
Ou bien un rapport avec les lettres que nous recevons sur les images peut être !

Les esprits :
Vous nous avez déjà reçu.

Jean-Luc :
Est-ce que les lettres que nous avons reçues sur les images c’est aussi cet alphabet ?

Les esprits :
Ce sont nos noms, oui.

Brahim :
Mais quel alphabet ?

Les esprits :
Intraduisible pour vous.

Jean-Luc :
Alors je vais être un peu plus cru, quel intérêt de nous envoyer un alphabet qui est intraduisible pour nous ?

Les esprits :
Nous ne mesurons pas très bien l’influence que nous avons sur vos photons.

Jean-Luc :
Oui, mais c’est tout de même votre souhait d’imprimer cet alphabet ?

Les esprits :
Notre souhait est de vous parler.

Jean-Luc :
D’accord, donc le fait de vouloir nous parler fait que vous imprimer cet alphabet sur nos images ?

Les esprits :
Quelque fois oui et en plus de nos visages.
Nous formons un halo autour de la production lumineuse et nous attendons. Quelques uns se penchent sur vous autres, nous nous servons aussi d’énergies émanant de votre coté. Nous sommes guidés par des êtres que nous ne percevons pas.

Jean-Luc :
Ok.
Par rapport à tout ce que nous avons reçu depuis des années, les dernières informations étaient de construire une cabine insonorisée autour du Module. Vous savez que nous avons étudier des plans pour la réaliser, que nous avons maintenant une idée claire de ce que nous voulons faire, en autre accrocher le cadre du Module sur la cabine, mettre les micros à l’intérieurs de cette cabine en les suspendant au plafond, les lumières étant également à l’intérieure et dirigées vers la chaise, la caméra noir et blanc placée aussi à l’intérieur.
Pensez vous que ce soit une bonne solution ?

Les esprits :
Nous ne le savons pas, ceci n’existe pas pour nous, seule la lumière compte.

Jean-Luc :
Ok, pour vous seule la lumière compte ?

Les esprits :
Oui, la lumière !

Tony :
A priori vous semblez être nouveau pour notre groupe ?

Les esprits :
Nous sommes avec vous depuis le début.

Tony :
Seriez vous une partie du groupe d’esprits avec lequel nous travaillons, mais plus spécialisé dans le photon ?

Les esprits :
Non, nous sommes ici pour nous manifester, nous avons appris à maîtriser la lumière.

Jean-Luc :
Donc vous pensez que depuis le temps que vous travailler avec nous, vous avez réussis à maîtriser quelque chose au point de vue de notre matériel ?

Les esprits :
Nous maîtrisons la lumière depuis le début. C’est vous qui êtes en progrès pas nous. Nous sommes immuables en rapport à votre temps.

Tony :
Mais pourquoi votre intervention ce soir, auriez vous un message à nous faire passer ?

Les esprits :
Nous avons eu l’accord pour vous écrire.

Jean-Luc :
Vous avez eu l’accord de qui ?

Les esprits :
Gabriel.

Jean-Luc :
Vous pourriez nous donner des nouvelles de cet esprit et des autres qui viennent se manifester habituellement ?

Les esprits :
Ils sont là…

Jean-Luc :
Alors, si vous avez réussis à maîtriser la lumière, que vous le fait depuis le début, en sachant que nous arrivons mieux à vous capter cela voudrait dire que nous sommes en progrès, mais j’ai pas l’impression de progresser moi…

Brahim :
Oui mais les chiffres sont là pour ça !

Tony :
Vous parliez du laser, celui-ci me gène dans le Module.

Les esprits :
La lumière du laser est un avenir pour votre humanité.

Jean-Luc :
Oui je comprends. Tel que nous l’utilisons aujourd’hui cela te gène, moi aussi d’ailleurs, il va falloir que l’on le mette en fixe et que la lentille le difracte bien sur tout l’écran. C’est plus comme cela que je vois les choses.

Tony :
Oui.

Jean-Luc :
Le mouvement aléatoire me dérange.
Que pourriez vous nous dire par rapport à cela ?

Les esprits :
Nous percevons d’avantage la lumière du laser que tout autre source lumineuse. Les couleurs sont pour nous des valeurs vibratoires. Nous savons perturber cette lumière pas les autres.

Jean-Luc :
Donc pour vous le laser est important, c’est une lumière que vous maîtriser.

Les esprits :
On la perçoit.

Jean-Luc :
Si on vous laissait cette même lumière en fixe, difracter avec une lentille, ne serait-ce pas plus facile pour vous ?

Les esprits :
Nous ne le savons pas, nous ne percevons aucun mouvement quand à nous.

Jean-Luc :
D’accord, eux ils perçoivent bien la lumière mais pas son mouvement.
Le seul truc c’est que nous devrions quand même essayer ?

Tony :
Puisqu’ils ne perçoivent que la lumière laser, est ce que cela vous dérangerait si nous supprimerions les autres sources lumineuses ?

Les esprits :
Nous ne le savons pas.

Jean-Luc :
Ce sont des essaies que nous devons réaliser.
Je pense que les entités qui se manifestent là ne sont pas les seules et que…

Les esprits :
Nous ne sommes pas techniciens. Les entités qui élaborent le Module avec vous ne se manifestent pas à travers nous.

Jean-Luc :
Vous faites pourtant partie du groupe d’esprits qui se manifestent avec nous et qui travail sur le Module ?

Les esprits :
Nous sommes avec vous pour nous faire entendre.

Jean-Luc :
Votre travail serait alors plus porté sur l’audio ?

Les esprits :
La lumière.

Jean-Luc :
Il faut se rappeler que depuis le début les esprits nous écrivaient que la lumière servait aussi à obtenir su son.

Les esprits :
Les images que nous vous envoyons sont sonores.

Tony :
Est-ce que les codes transmis dans les images correspondent à des sons ?

Les esprits :
Non ce sont nos libellés.

Jean-Luc :
Si je comprends bien, Il y a Gabriel et le groupe d’esprits avec lequel nous travaillons habituellement et vous qui maîtrisez la lumière laser. Maintenant les autres supports pourraient aider d’autres personnes désireuses de travailler avec nous?
Vous n’êtes pas les seuls à travailler avec nous ?

Les esprits :
Oui nous marchons avec la lumière.
Vous semblez perturbés ?

Jean-Luc :
Entre autres petites perturbations, ce que vous nous écrivez nous perturbe un peu oui. C’est la première fois que vous vous manifestez à nous ?

Les esprits :
Oui !

Jean-Luc :
Pourquoi aujourd’hui plus qu’un autre jour ?

Les esprits :
Il n’existe pas de jour ni de nuit ici !

Tony :
Ils ont une opportunité de s’exprimer ils le font.

Brahim :
Oui ils veulent se faire connaître.

Jean-Luc :
En tout cas bienvenu à vous, heureux de constater que vous êtes avec nous depuis le début et que ce travail vous intéresse autant que nous.

Les esprits :
Oui, c’est un noble travail.

Jean-Luc :
Donc on va éviter de parler technique, bien que nous ayons compris que vous maîtrisiez la lumière laser. Mais existe-t-il autre chose à ce point que vous voudriez rajouter ?

Les esprits :
Plus de laser oui.

Jean-Luc :
Est-ce que c’est l’écran que l’on doit éclairer avec le laser ?

Les esprits :
Nous sommes désolés, nous ne percevons pas d’écran…

Tony :
Une société Américaine vient de mettre au point un système holographique pour communiquer. Etes vous au courant de cette nouvelle technologie et l’utilisez vous avec d’autres personnes ?

Les esprits :
Nous connaissons le principe appelé halographie. Celui-ci est rudimentaire, il y a mieux.

Tony :
Notre humanité connaît déjà mieux au jour d’aujourd’hui ou est ce pour le futur ?

Les esprits :
Nous avons perçu mieux ailleurs.

Jean-Luc :
Est-ce que vous pouvez vous parler de ce « mieux » ?

Les esprits :
Ceci n’est pas traduisible…

Tony :
Le ailleurs signifie un autre monde ?

Les esprits :
Oui c’est cela.

Jean-Luc :
Donc nous, nous sommes obligés de faire avec les moyens du bord quand même et si vous connaissez un peu la planète Terre vous savez que les moyens du bord sont très limités.

Les esprits :
Pas votre cerveau…

Jean-Luc :
Bon !
En tout cas, le Module va être amélioré, on va essayé d’améliorer le système laser pour que vous puissiez l’utiliser encore mieux, Est-ce que les esprits qui sont autour de vous peuvent vous aider à répondre à certaines questions ?
Car on a dans l’optique de changer de local, mais il existe des difficultés matérielles qui viennent perturber l’échéance de cet acquis…

Les esprits :
Nous avons du mal à vous comprendre….

Jean-Luc :
Une grande Amie à nous, pour ne pas dire une Sœur nous propose d’utiliser un local commerciale dont elle est propriétaire et ce gratuitement. Mais la société qui en ce moment même utilise cette salle…

(A ce moment là un changement d’esprit s’opère..)

Les esprits :
Mes chers Amis.
Ne perdez pas votre temps en vaines explications. Ils ne sont pas de ce monde. Nous les avons laissé venir pour votre instruction mais votre mise au point de s’est pas faite.

Jean-Luc :
Est-ce que vous pouvez nous parler un peu de ces entités ?

Les esprits :
Il aurait été plus profitable que vous les questionniez vous-même !

Jean-Luc :
On l’a fait, mais systématiquement ils ne pouvaient répondre à nos questions !

Les esprits :
Il fallait faire connaissance, comprendre leur identité plus que de les tirer vers le bas.

Jean-Luc :
Bien oui, mais vous nous avez laissé faire…
Peut être aurait été t’il plus profitable de leur poser d’autres questions, peut être aussi aurait été t’il plus profitable de nous prévenir de leur arrivée et de la manière de les interroger.

Les esprits :
Mon Dieu…
L’évolution se fait seul, vous n’avez pas besoin de nous pour ce faire. Et depuis quand nous devons nous guider votre conduite ?

Jean-Luc :
Je ne parle pas de cela, mais voilà…C’est une chose que vous auriez pu faire. Puisque vous ne l’avez pas fait, nous avons posé des questions à ces entités. Ils nous ont écrit au début de l’expérience des choses illisibles pour nous. Malgré avoir essayé d’en savoir un petit peu plus nous n’arrivions pas à comprendre ce qu’ils nous disaient. Donc voilà, mais nous avons essayé. Nous sommes heureux de les avoir reçu, nous allons essayé d’adapter le laser pour l’amélioration de leur manifestation, maintenant la lumière laser n’est pas la seule source lumineuse du Module car si vous nous avez conseiller d’autres lumières c’est qu’il doit y avoir une raison…

Les esprits :
Bien entendu, toutes les lumières sont utiles pour nous et pour vous, nous en avons déjà débattus ensemble.

Gérard :
Mais de toutes manières ils auront l’occasion de revenir !

Les esprits :
Mais ils ne sont pas partis, c’est vous qui allez éteindre les lumières, pas nous, pas eux…

Jean-Luc :
Bon !

Les esprits :
Vous avez encore du mal à conscientiser l’espace et le temps c’est pour cela que vous ne comprenez pas certaines de nos pensées.

Jean-Luc :
Nous pourrions vous poser les questions auxquelles ils n’ont pas pu répondre ?
On ne va pas reparler des lumières, puisque toutes sont utiles. Mais au sujet du Module, nous avons décidés de construire cette cabine insonorisée suivant une idée bien précise, est-ce que vous pensez que cela soit une bonne solution ?

Les esprits :
Une bonne étape serait plus juste.

Jean-Luc :
Pour passer cette nouvelle étape, on était décidé pour le faire ici tout en sachant que nous sommes limité dans l’espace et dans le poids que la cabine devrait faire. Mais dernièrement l’on nous a proposé un local qui serait une opportunité d’agrandissement et où nous pourrions élaborer une cabine insonorisée beaucoup plus solide et conséquente. Nous avons donc décidé d’attendre que nous ayons ce local la construire. Pensez-vous que nous allons avoir ce local, ou bien ne devrions nous pas attendre et commencer l’élaboration de ce travail ici dans ce grenier?

Les esprits :
Nous sommes toujours très actifs et en conseil pour vous induire d’aller au plus simple et au plus court. N’attendez pas, organisez vous, élaborez, l’importance est autant dans votre cœur que dans votre la charpente de votre physique…

Jean-Luc :
Pour nous ce n’est pas du tout la même chose que de construire une cabine sur le sol du grenier qui reste très fragile, ou sur le béton d’un local commercial. Financièrement cela compte, nous ne sommes pas fortunés, puis…..je ne sais pas…

Les esprits :
Le Module doit être autonome.

Jean-Luc :
Autonome, autonome, il faut tout de même le construire !
Il faut du matériel et qui dit matériel dit finance et qui dit finance dit problème pour nous…

Les esprits :
Quel rapport avec le lieu physique ?

Jean-Luc :
Et bien le matériel à employer pour pouvoir le faire !

Les esprits :
Nous ne pensons pas que cela soit gênant. Faites comme la conjoncture vous l’inspire, qu’il soit léger ou lourd il doit être présent, là ou vous serez, là ou vous pouvez.

Jean-Luc :
Bon on en rediscutera.

Brahim :
Pour en revenir avec le groupe d’esprits que vous avez laissez passer et qui était là en premier, Auraient-ils une particularité que vous n’auriez pas ?

Les esprits :
Oui, ils sont bien plus proches de vos énergies.

Jean-Luc :
Auriez vous quelque chose à rajouter avant de conclure l’expérience ?

Les esprits :
Nous n’avancerons jamais plus vite que vous.

Sébastopol.