Mardi 21 mars 2017

Première expérience avec la Strioscopie.

Après trois mois de travaux, nous revenions à l'expérimentation TCI avec un changement conséquent de la configuration. Nous mélangions en une seule image vidéo un système de Strioscopie et un autre analogue à ce que nous utilisions antérieurement, c'est à dire un panache de brume éclairé par un rayon laser. Avant de rendre compte de nos impressions, il faut bien comprendre pourquoi nous avons une image ronde sur fond noire. En fait, tout est concentré sur un miroir primaire Kepler de 300 mm de diamètre. Afin que les deux images issues de deux flux vidéos différents soient lisibles, nous avons généré un cache rond, concentrant ainsi l'observation sur le seul miroir de Strioscopie.

Premières impressions

Pour cette expérience nous étions entre nous, personne de nouveau était dans l'atelier, seul les membres habituels et ayant participé à l'élaboration de la nouvelle configuration étaient présent. En premier lieu, nous remarquons une oscillation totalement différente qu'auparavant et surtout le début d'un mouvement. Les images présentés ci-dessous, apparaissaient clairement sur la vidéo et sur au moins deux images. L'incidence de l'anomalie semble être donc plus en phase avec notre espace temps. Autre appréciation, l'image 6 serait un chiffre binaire, une demande bien précise que Valérian demandait une fois dans la cellule. Il y a là une relation de cause à effet forte intéressante. L'image 3 et 5 montrent d'autres chiffres assez nettes et ne pouvant pas êtres attribués au hasard. La dernière montre une silhouette en entier.

Voici donc un début prometteur, qui reprend là où nous nous étions arrêtés lors de la dernière expérience, mais avec un plus indéniable. Il n'y a qu'à regarder les dernières images TCI reçues (novembre dernier) pour s’apercevoir de l'augmentation du contraste et de la richesse de la structure vidéo. Reste que la Strioscopie n'a été utilisée ce soir là que dans un faible pourcentage et qu'il nous reste encore de nombreuses possibilités de réglages que nous devrons expérimenter. Nous voici lancés dans une longue série de séance d'enregistrement...

Conférence à Paris

Le samedi 25 février 2017 nous étions à Paris pour réaliser une conférence sur nos travaux, un moment organisé par l'association Spirite Asita. Nous remarquions ensemble que nos conférences se passaient rarement à Paris, qui historiquement avait une relation étroite avec le mouvement Spirite. La capitale fut le théâtre de rassemblements mémorables qui donnèrent les lettres de noblesses à ce mouvement révolutionnaire.

Bien que bien plus modeste, notre conférence se déroulait dans une petite salle qui fut très vite remplie. C'était un plaisir de retrouver Fatima et ses collaborateurs. Nous étions aussi très heureux de retrouver certains de nos adhérents venus créditer en quelque sorte ce qui se déroule dans notre atelier. Venir parler ainsi de nos travaux est le sens profond de notre engagement, expliquant que le partage en est l'essence. L’auditoire était captif et les questions pertinentes. L'étude que nous faisons sur la transcommunication nous emmène systématiquement dans des considérations techniques et scientifiques pas toujours évidentes à première vue et expliquer en public les tenants et aboutissant de tout ceci est délicat. Mais nous ne pouvons pas parler de Transcommunication Instrumentale sans parler technique ni sans évoquer les évidences qu'elle suscite et ce même si nos convictions premières semblent remise en cause.

Pendant la conférence, un exercice médiumnique était réalisé. Les deux médiums en concentration recevaient des dessins adressés aux personnes présentes à la conférence. C'est toujours très intéressant de voir la concordance qui peu y avoir entre ces dessins et le questionnement du moment des gens concernés. Nous recevions une fois de plus des dessins relatifs à notre propre recherche.

Encore un bon moment qui nous l’espérons aura pu apporter un plus dans l'esprit de ceux qui nous écoutaient.