Première configuration de Strioscopie pour la TCI.

La fin des travaux de la nouvelle configuration.

Nous sommes arrivés au bout de l'installation prévue. Il reste cependant des améliorations à réaliser, mais rien ne nous empêcher de recommencer les expériences de TCI. Nous pensons même que cela est profitable, puisque la situation en expérimentation pourra justement préciser là où nous devons améliorer le montage et les réglages. Nous sommes donc maintenant en possessions d'un dispositif double et combinable. D'un coté un système optique de Strioscopie, capable de rendre visible les perturbations de l'air (nous manquons toutefois de définition au niveau des caméras) et de l'autre un second, produisant un support aléatoire lumineux, fait de brume et d'interférences laser. Les deux dispositifs peuvent êtres utilisés séparément ou mélangés, ce qui donne une amplitude considérable dans le support utile à la manifestation TCI. Nous observerons dans les prochaines expériences dans quelles mesures le mélange sera fait.

Configuration provisoire.

Ce soir de réunion technique, nous prenions acte de besoin d'un deuxième mélangeur vidéo afin de pouvoir éditer un cache rond du même diamètre que le miroir primaire Kepler. Cette disposition nous permet en effet de mélanger les images vidéos des deux systèmes (Strioscopie et de formes aléatoires) sans en perturber la lecture. En effet, dans le cas contraire, nous aurions une image plein cadre (4/3) et une autre faite d'un cercle sur fond noir (le miroir primaire sera dorénavant les limites de notre champ de captation TCI. Voire la petite vidéo en exemple ci-dessous)

Nous nous sommes aperçus que les basses fréquences audio (25HZ) bouleversaient l'image Strioscopique, un effet escompté qui nous ravis. Les entités pourront donc agir sur l'air et ainsi rajouter des signes de leur présence que nous pourrons théoriquement enregistrer. Reste à trouver un deuxième mélangeur vidéo, car celui que nous utilisions pour le test est réservé à la CIT (cellule itinérante). Nous n'avons pas eu le temps de contrôler l'enregistrement audio, nous le ferons lors de la prochaine réunion technique. Mais normalement tout devrait être opérationnelle. De toutes manières, nous nous concentrerons sur l'enregistrement vidéo, puisque les plus grosses transformations se situent à ce niveau.

Vous pouvez aussi consulter la page de la cellule de contact, celle-ci a été mise à jour avec une nouvelle vidéo in-situ, faisant état de son fonctionnement actuel. Nous sommes donc en mesure de nous plonger à nouveau dans de nouvelles expérimentations TCI. Nous le ferons très certainement dés le mardi 21 mars 2017.

Enfin l’effet strioscopie est au rendez-vous.

Un weekend de travail

Comme nous l'avions décidé lors de notre dernière réunion du bureau, l'équipe se réunissait le weekend du 4/5 mars 2017 pour changer la fixation de la grande parabole et ainsi gagner 30cm sur la longueur de la cellule. Un travail conséquent, vue comme la dernière chance pour l'obtention de l'effet Strioscopie. Il faut rappeler que nous avions jusqu'à présent échoué sur plusieurs essais. Tout montrait en faite une erreur dans la distance focale utile. La plus simple des solutions était de reculer la grande parabole et de l’accoler aux parois de la cellule. Pour cela il fallait créer un support assez solide pour ne pas plier sous le poids de la parabole mais aussi assurer un plan perpendiculaire au sol. En effet, le miroir primaire étant fixé en son milieu, le moindre défaut d'aplomb le désaxerait, rendant impossible la visualisation de l'effet Strioscopique. Une planche en hêtre massif (photo1), deux tasseaux de 50mm vissés sur les cotés, le support était fixé sur le support de la grande parabole (photo8). Une fois terminé, l'ensemble était déposé dans la cellule et les parois remontées(photo9). Le support en bois était ensuite vissé de tout son long depuis l'extérieur.
La parabole était alors solidement arrimée à la cellule. Les mesures prisent, nous avions 2m75 entre le miroir primaire et le fond de la cellule. Nous avions donc largement les 2m40 essentiel pour l'effet Strioscopie (photo17). Nous placions à nouveau la caméra en face, dans l'axe du miroir et observions dans le moniteur de contrôle la réaction de tout ceci (photo12)...

Enfin l'effet Strioscopie est actif

Au tout début, les choses piétinaient. Il manquait en effet le filtre pour empêcher que les rayons lumineux non déviés par l'objet à observé ne puissent arriver jusqu'à la caméra. Puis nous ne savions pas où placer la lumière utile pour éclairer le miroir. Avec un peut de bricole, le filtre était construit, pouvant même "coulisser" d'avant en arrière face à l'objectif de la caméra (photo12). A force de manipulation, nous trouvions le bon éclairage. Sans vraiment comprendre le cheminement lumineux et en optant pour une disposition peut académique, nous orientions le spot à LED vers la caméra (phot18). Et oh surprise, le miroir s'illuminait...Nous allumions la petite bougie, sorte de référence, et l'effet Strioscopie nous apparu clairement (voir les vidéos). Omar plaçait sa main à coté de la bougie et nous pouvions sans mal apercevoir les perturbations invisibles de l'air engendrés par sa chaleur corporelle. Aussitôt après, nous mettions en route le brumisateur. Comme prévue la brume opérait elle aussi de petites variations dans l'air. Le vidéo projecteur et le laser mit en route, le tout collimaté et le panache de brume se matérialisait au foyer de la grande parabole (photo20).

Restriction du cadre d'enregistrement

Au court des différentes manipulations nous nous rendions compte que le cadre vidéo pour la Strioscopie était limité. Impossible de zoomer au plus prés. Le miroir doit paraitre en entier dans l'image vidéo, ce qui du coup réduit l'espace de la manifestation. Ce détail engendre un nouveau problème; le mélange des images produites par les deux caméras. L'une est une image avec un cercle illuminé sur fond noir (le miroir), l'autre une image "pleine", c'est à dire un zoom complet sur le panache de brume. Dans cette condition le mélange des deux images vidéos est délicate et trouble l'ensemble. La solution est de générer un cache rond par lequel sera visualiser l'image. Ainsi les deux flux vidéos pourront êtres mélangés sans en perturbation la lecture.

Les dernières étapes avant expérimentation

Mardi prochain, nous travaillerons sur plusieurs points. Nous testerons la génération d'un cache rond avec un deuxième mélangeur vidéo. Nous augmenterons les effets de strioscopies avec une source de chaleur juste devant le miroir primaire. Nous contrôlerons aussi le pupitre audio pour les prochaines expériences TCI. Nous avons conclue ce weekend avec le sentiment d'être parvenu à remplir nos objectifs. Et les quelques vidéos que nous avons réalisé sont très prometteuses.

Ci-dessus, l'effet Strioscopique

Ci-dessus la brume et l'effet de Strioscopie

Ci-dessus la brume et la chaleur de la bougie

Ci-dessus la vidéo de la caméra de brumisation