Réunion technique du mardi 4 mars 2014

Une soirée déterminante!

Nous nous étions réunis pour le deuxième rendez-vous du genre. Un moment technique indispensable, tenu pour atténuer les moments de fluctuation entre deux perfectionnements techniques. Nous avons souvent déploré une certaine lenteur dans la mise en place technique de notre installation. Ces réunions, planifiées, permettent donc d'assurer une évolution certaine dans notre recherche.
Il fallait, ce soir là, mettre en place les éléments optiques du cheminement laser. Des appareils acquis par Sébastien, adhérent passionné par notre recherche. Sa contribution est en ce sens remarquable, n'hésitant pas faire ce don à l'IFRES.
Avec un peu de bric à brac trouvé dans les cartons de notre association et un certain sens de "l'a peu prés", nous avons réussi à installer ces éléments, et le résultat n'est pas si mal. L'idée était d’approcher au mieux un système basique holographique. Un laser, un séparateur de faisceau, un miroir de réflexion et deux lentilles divergentes de 6 mm de diamètre. Ce dispositif entoure donc celui de la vidéo qui comprend deux caméras (une dite "objet", l'autre de "référence"). Ainsi le panache de brume est éclairé deux fois, suivant le cadrage des deux caméras. il y va sans dire que nous aurons très certainement des ajustements à faire, car il est impossible (dans l'état actuel des choses) d’obtenir un hologramme avec si peu.
Un plus immédiat
Bien que cette approche holographique soit encore imparfaite, nous avons été surpris par les effets de cette nouvelle installation. Après un réglage périlleux des lentilles, du séparateur de rayon et du miroir (réglage très sensible et facilement décalé), nous avons fait un test d'enregistrement. Le résultat ne se fit pas attendre. Trois images apparurent (voir ci-dessous). L’oscillation vidéo était différente, donnant des fluctuations de couleurs assez surprenantes. Du bleu, du rouge, mais aussi du rose, tout ceci dans une série de flash inhabituels. A la seule vue du moniteur de contrôle, nous pouvions même voire se dessiner rapidement des visages, sorte de silhouettes furtives. Une certaine exaltation accompagnait l'instant. Le plus délicat devient en fait le réglage en lui même, car rien ne peu nous assurer que nous pourrons obtenir le même lors de notre prochaine expérience. En effet, le cheminement laser est sujet aux vibrations et peu au simple effleurement ou coup dans la cellule se dévier d'un millième de millimètre. Les zooms numériques que nous effectuons sur les caméras pour cadrer au plus pret le panache de brume (les optiques des caméras ont une focale trop large) ne nous garantissent pas la même position à la mise en marche du mélangeur vidéo.
Notre installation devient si pointue, que nous devrons très vite maîtriser le réglage. D'un autre côté, nous sommes suffisamment bien inspirer pour à chaque fois reprendre le réglage et, qui sait, en trouver un pour chaque expérience...

Réunion technique du mardi 17 décembre 2013

Module, puis de la Cellule de contact ont illustrer ces moments, mais toujours d'une manière assez sporadique et selon la disponibilité de chacun. Rendre ces moments de "construction" officiels, permet donc d'envisager une évolution technique conséquente. Beaucoup de chose restent à mettre en place dans notre installation. Grand nombre de conseils spirituels ont été oubliés, ces réunions devront nous permettent de rester au plus prés de ce que nous conseillent nos amis spirituels. Ainsi, tout les troisième mardi de chaque mois, notre réunion sera consacrée à la mise au point de notre pont technique.

Ce soir là, Laurie, Bruno, Didier, Gérard et Joël travaillèrent dans l'atelier. Suite à différents conseils spirituels mais aussi selon les avis de chacun, voici ce qui a été fait:

Pour le son, Nous avons rajouté une enceinte basse fréquence, susceptible de produire des vibrations sonores de 20Hertz. Cette piste de recherche fait directement suite à une information spirituelle obtenue sous forme d'image TCI et confirmée par voie médiumnique. Nous recevions l'image d'un chiffre: 23.3. Lors de l'expérience médiumnique faisant suite, les esprits nous indiquaient qu'il s'agissait d'une fréquence susceptible de servir à l'obtention de voix et que celle-ci changerait selon la personne pénétrant dans la cellule. Nous nous orientons donc sur la piste des basses fréquences. Lors de l'essaie, les vibrations sonores devenaient physiques, rendant l’atmosphère de la cellule très particulière. Nous savons que ce genre de fréquences peut aussi agir sur la brume même (voire la vidéo sur l'influence des basses fréquences sur un jet d'eau).

Pour la vidéo, nous installions une nouvelle buse, distribuant, tout à la fois, la brume et le support lumineux en même temps. L'idée de fabrication venait d'une vision qu'avait eu Joël, confirmée par la suite par les esprits. Ces derniers nous expliquaient, plusieurs fois, que la lumière ambiante de la cellule était bien trop forte et que l'ensemble caméras/vidéo-projecteur bien trop espacé. Grâce à du matériel de plomberie en plastique, l'installation fut rapide. Le projecteur lumineux à LED était inséré à l'intérieur de la buse, serré par de la mousse isolante. Le tuyaux d'arrivée de la brume raccordé à l'ensemble. Ainsi, la brume est directement teintée par la lumière RVB, et ce, dés sa production. Le vidéo projecteur a été rapproché ainsi que les caméras. Le résultat est assez impressionnant, la brume réagissant comme un véritable écran.
Ci-dessous, en vidéo, la présentation des dernières élaborations techniques apportés à la cellule de contact. Il faut savoir que ce prototype est loin d'être aboutit. Nous y apportons des modifications à chaque fois que nous recevons d'autres informations pratiques en écriture automatique. Ces modifications sont tout sont toutefois soumis à nos propres moyens, qu'ils soient pécuniaires, ou d'ordre du savoir.

Conclusion, une soirée efficace, faisant suite à un besoin de recherche fortement identifié. L'enregistrement TCI ne peu fonctionné que grâce à ce genre de travail. Aujourd'hui nous avons décidé d'être efficace, et de réduire le temps qui existe entre l'information obtenue et sa mise en place.