Expérience TCI du mardi 21 novembre 2017

Joindre l'utile à l'agréable.

L'expérience de ce soir commençait par une envolé théorie des plus intéressante. Nous recevions pour cette expérience Louis et Bertrand de jeunes Physiciens faisant de la recherche fondamentale (mécanique quantique). A se laisser aller dans la discussion, nous arrivions même à en oublier l'impératif de l'expérience. Il faut dire que depuis un moment nous recevons des messages en écriture automatique qui nous présentent l'esprit comme un élément fondamentale de la matière, pour ne pas dire formateur. Pouvoir entendre l'avis de chercheurs sur ce sujet était captivant. Le plus important était leur vision de la recherche actuelle sur la physique et plus particulièrement sur la physique Quantique. Nous étions d'accord, le monde dans lequel nous existons tous est encore bien mystérieux et la théorie unificatrice une quête bien difficile. Aude-là des visions quelques fois bien fantasmagoriques qui, il est vrai, exister dans le monde "intellectuel"de la spiritualité, nous nous comprenions et la mort synonyme de néant un non sens. "Pour la science la mort n'existe pas", une parole de Louis qui démontre à elle seule l'importance de la recherche fondamentale. Leur intérêt pour nos expériences TCI était donc guidé par leur propre recherche, espérant peut être trouver de nouvelle inspiration. Voilà une présentation de la science très séduisante, affirmant que le vrai savant ne peut être freiné par aucune idée préconçues, ni empêcher par aucun dogme.

De timides résultats

Les images de cette expérience étaient médiocres. Il n'y eu que peut d'anomalies et surtout une luminosité vidéo très basse. Le système avait été déréglé et il fallu le revoir entièrement. La Strioscopie put ainsi être réglée à la perfection. Jamais nous n'avions eu autant de contraste dans l'image. Pourtant les captures vidéos restaient sombres et il était impossible de rajouter de la lumière, ni de pouvoir ouvrir davantage le diaphragme des caméras (en buté tout ouvert).

Malgré tout nous percevons des visages et même un chiffre. La première image alors qu'Annick se trouvait dans la cellule montre un 57. Là encore aucune signification (connue ou reconnue), les autres des visages. Les vidéos ci-dessous montrent comment arrivent ces anomalies. Un ralenti de 30 pour cent à été appliqué à la séquence afin de bien visualiser le cheminement. Lorsque nous aurons acquis les caméras HD avec un cadencement de 180 images par secondes ce ralenti ne sera plus nécessaire et naturellement la définition bien meilleure.

Du coté des internautes.

Pour cette expérience la pêche fut bonne pour les internautes. Angélique, un membre de l'IFRES et habitant à Thiers a obtenu une image montrant une série de chiffre. Elle ne percevait quant à elle que le chiffre 5. Mais en appliquant un contraste élevé, on distingue sans mal deux autres chiffres qui semblent êtres des 3...Voici encore une fois une image bien mystérieuse...Peut-être un rapport direct avec le chiffre 57 de l'image d'Annick? Impossible de le savoir, mais une chose est certaine, il y eu à un moment donné une communication croisée entre la cellule à Carrière sur Seine et l'ordinateur d'Angélique à Thiers...

Expérience TCI du mardi 31 octobre 2017

Nouvelles observations d'une récurrence indéniable.

Pourquoi réaliser autant d'expériences? Mais tout simplement pour observer dans quelle fréquence d'apparition les anomalies nous parviennent et ainsi d’établir des statistiques. C'est au court de ces expériences que nous regardons également ce qui va ou ce qui ne va pas dans notre installation. Beaucoup de questions nous parviennent alors et alimentent les futures orientations d’investigations. Ce soir là, le phénomène était encore présent, nous délivrant son lot d'étonnement. Deux nouvelles personnes étaient présentent. Miguel et Stephen, deux amis que nous rencontrions lors dune journée de rencontre il y a presque un an.

Des images basse définition mais remarquables.

Nous le savons, nous déplorons un manque évident de définition. Nous nous rendons compte également que la fréquence d'échantillonnage du mouvement de 25 images par secondes nous empêche d'obtenir un meilleur résultat. Nous y travaillons et cherchons le meilleur dispositif afin d'obtenir la meilleur définition vidéo. Mais pour le moment, nous devons nous contenter d'une vidéo standard de 720/576 pixels. Malgré cela, les anomalies apparaissent et nous laissent songeur.

Mais que peut donc signifier l'image reçue alors que Miguel se trouvait dans la Cellule? Nous y percevons un chiffre 271...Et le numéro 12 obtenu alors que Jean était à son tour dans la Cellule? L'image de Stephen2 et de Catherine, entrés également dans la Cellule, montrent des visages inconnus...Nous accumulons ces anomalies si particulières sans vraiment connaitre leur signification. Mais nous n'en sommes qu'au début et devons allez plus en avant pour démêler cette énigme.

Des vidéos explicitent.

Depuis la mise en place de la Strioscopie, le simple ralenti sur l’enregistrement nous montre la progression de l'apparition. Nous percevons sans mal image par image le mouvement de cette furtive apparition, comprenant le cheminement des volutes de la brume jusqu’au point crucial de la formation. Cette observation n'était pas possible il y a moins d'une année...Les extraits que nous vous présentons sont issus des enregistrements originaux et ont un caractère assez surprenant.

Au niveau du son.

Nous continuons d'expériences en expériences d'améliorer le dispositif sonore qui vous le savez était resté en latence depuis un certain temps. Sébastien et Valérian s'occupent tout deux d'élaborer de nouveau outils qui nous permettrons d'obtenir un son en adéquation avec la vidéo. Là aussi tout ceci demande un certain temps mais en attendant nous effectuons des tests qui nous laissent présager là aussi de bien belles anomalies auditives. Les deux enregistrements qui suivent ont été obtenue lors des expériences TCI dans la Cellule. Nous y entendons très bien des voix bien qu'elles restent encore inaudibles. Le plus important est bien la trace fréquentielle laissée dans l'enregistrement. Sébastien le maitre d’œuvre là dedans semble très bien inspiré dans ces moment là et petit à petit permet aux entités de se faire entendre. Nous le savons, le rapport étroit entre l'expérimentateur et la machine est important. La bonne volonté y est primordiale.

Du coté des internautes.

Nous avions deux nouvelles personnes en duplex ce soir là, Hervé et sa femme Sylvie. Serge et Angélique, les infatigables expérimentateurs du net étaient là. Angélique nous expliquait avoir vu passer sur son écran l'une des images que nous avions enregistré. D’ailleurs sur une de ses captures, l'on distingue les prémices d'un visage. Cependant les contrastes ne révèlent pas cette formation et tout au contraire dénature l'image. Mais nous sentons bien que la persévérance va là aussi permettre de trés belles choses. Ce sera donc pour la prochaine fois. Merci à toutes les personnes qui vont vivre ces duplexes. Elles participent à une expérience très importante qui enrichira notre future dossier.