La Cellule de contact de L’IFRES

Cet ensemble d'appareils grand public n'est pas la solution fondamentale à la question : "comment faire pour communiquer avec les esprits". Il s'agit d'un prototype expérimental. Les résultats obtenus, ne peuvent être pris comme preuve scientifique. La recherche TCI n'est qu'au stade du balbutiement et demande encore bien des adaptations. Les manifestations qui se produisent dans notre atelier sont cependant assez probantes pour continuer en ce sens.

L'écriture automatique est à la base de la conception des différentes configurations techniques de nos installations. C'est en 1991 que nous recevions les premiers messages qui devaient nous emmener jusqu'ici. Cette relation médiumnique que nous avions en même temps que nos essais de TCI, nous permit de faire d'énormes progrès dans la recherche.
L'histoire de notre association est toujours passée par de profonds changements. Des étapes successives qui ont contribué à nous emmener dans une recherche de TCI conséquente. Nous avons commencé avec un téléviseur et un simple caméscope. La projection vidéo a très vite remplacé l'écran cathodique. La multiplicité des supports, qu'ils soient lumineux ou sonores, nous ont dirigé dans l'agglomération d'un ensemble d'appareils audiovisuels que nous nommions Module.
Aujourd'hui et toujours selon des avis techniques reçus en écriture automatique, nous avons construit une cellule insonorisée dans laquelle est formé un agglomérat lumineux prompt à une manifestation visuelle et avec une certaine profondeur. Nous n'enregistrons pas qu'une simple image en 2D (image télévisuelle) mais une image aérienne et en volume, rendue possible par la création d'une brume et d'un éclairage fait de laser et de formes aléatoires pixelisées. Aujourd’hui s'y rajoute la Strioscopie.

La TCI.

L’expérience TCI que nous faisons attirent la curiosité et grand nombre de personnes nous demandent comment fonctionne cette Cellule de contact. Bien que sa configuration n’est pas encore atteint sa forme définitive, nous allons vous donner quelques explications, qui seront donc, transitoires. En effet, la technique actuelle changera encore, suivant la fluctuation de nos investigations.
La Cellule a pour principe d’isoler le foyer du contact là où théoriquement se produit l’action de l’entité spirituelle. Elle permet de confiner et de concentrer les supports utiles à sa manifestation. Elle assure ainsi la pureté des sons enregistrés, écartant les risques de parasitages audio (bruit du dehors, ou ceux produit par les expérimentateurs eux-mêmes. A ce niveau des progrès restent à faire). Grâce à elle, la captation vidéo peut se faire même le jour, puisque aucune lumière, étrangère à celles utiles à la manifestation, ne perturbe l’ensemble.

Place à la Strioscopie.

A l’intérieur se trouve une parabole d’un mètre cinquante de diamètre sur laquelle sont fixés un support microphone et un miroir parabolique de 300mm de diamètre (miroir primaire Kepler). Le support micro est composé de deux cercles, un extérieur et l'autre intérieur. Sur le cercle extérieur sont installés en étoile des sandows, assurant ainsi l'amortissement des vibrations du cercle intérieur où sont fixés quatre microphones d'une fréquence d'entrée respective de 30, 40, 50 et 60 Hz. Les microphones se retrouvent ainsi au foyer de la grande parabole, jouant ici le rôle d'un amplificateur. Dans l'axe du miroir parabolique, à deux fois sa longueur focale se trouve une caméra devant laquelle (la place est précise et n'occulte pas l'objectif) un cache (ou lame, ici un cache flux) est installé afin de produire l'effet optique appelé "la transformée de Fourier"*

"Ci-dessous une vidéo enregistrée dans la cellule. Nous y percevons les perturbations de l'air dues à la chaleur de la bougie et plus loin provoquées par la chaleur de la main."

Ce dispositif de Strioscopie* va nous permettre d'enregistrer les perturbations invisibles de l'air (éventuellement produites par les esprits, mais surtout par la brume elle mème). Devant ce dispositif sont installés trois systèmes vidéo et lumineux incluant:

  • Pour le premier: une caméra couleur installée dans l'axe du miroir, munie d'un cache flux qui assure la Transformé de Fourier. Un projecteur lumineux RVB dirigé vers la caméra afin d'éclairer le dispositif lumineux.
  • Pour le deuxième: une caméra couleur et un projecteur vidéo, projetant des formes aléatoires rognées par un collimateur (afin que l'image ne dépasse pas les limite physique de la brume). Des interférences sont également produites par un laser dont le rayon a été divisé en deux puis croisé sur le panache de brume.
  • Le montage laser est composé: d'un laser, d'un séparateur de rayon, de deux lentilles divergentes 6mm et d'un miroir de réflexion. Les rayons sont coupés par des collimateurs afin que l'éclairage ne dépasse pas les limites du panache de brume ( celle-ci est formée par un générateur de brume et dirigée au foyer de la parabole par un tuyau en PVC).

Principe de fonctionnement : (voir le schéma).

Le principe de fonctionnement est relativement simple pourvu que l'on en comprenne la logique. Un montage de Strioscopie est installé dans l'axe de la grande parabole. Une brume est crée puis diffusée dans la Cellule juste devant la parabole (au foyer de celle-ci) venant du coup interféré avec la Strioscopie. Comme celle-ci permet de visualiser les perturbations de l'air qu’un objet (ici la brume) peut provoquer, nous pourrons observer les mouvements de l'air restant invisibles sans cela (très intéressant lorsque l'on admet que les esprits peuvent influer sur la densité de l'air). La brume est cadrée par le cercle intérieur du support microphone où sont fixés quatre micros. Une image constituée de formes aléatoires sans cesse renouvelées y sera projetée. Une caméra différente de celle enregistrant la Strioscopie "filmera" l'image projetée. Les deux sources vidéos (brumisation et Strioscopie) seront mélangées et enregistrées. Le laser, séparé en deux rayons, éclaire à son tour cette brume. Les rayons sont diffractés par deux lentilles divergentes de 6mm. Ces rayons laser forment des franches d'interférences captées par les caméras, créant aussi semble t'il une réaction atomique avec les particules d'eau (de l'ordre du micron). Un haut parleur diffusant des basses fréquences (à partir de 25htz) est installé au fond de la cellule à droite. Les fréquences agissent sur la brume, influant directement sur les particules d'eau et sur l'air, permettant aux esprits de "voir" la brume alors agitée par les fréquences. Sans quoi celle-ci leur serait invisible. Ces détails théoriques ont été conseillés par voix médiumnique.

Les énergies utiles à la production d’images TCI d'incidence (comprise aujourd'hui entre 80 et 135 images par seconde) semblent provenir en partie de la personne assise dans la Cellule, sur le siège de l'expérimentateur qui se trouve au fond de la cellule à gauche. Il reste cependant impossible à l'heure actuelle de rendre le principe évident. Au court de l’expérience, des clips audio et vidéo sont réalisés puis étudiés aussitôt. Pour le son, un futur dispositif électronique  nous permettra de diffuser des sons modulés en volume grâce à des capteurs sensibles sur lesquels les esprits devront agir pour former une voix synthétique. Notre objectif est bien entendu d'obtenir l'image et le son simultanément.

*Parabole polaire: suivre ce lien explicatif
*Rayon objet et référence : suivre ce lien explicatif
*la Strioscopie : suivre ce lien explicatif
*La transformé de Fourier : suivre ce lien explicatif

Mise à jour mars 2019