Mercredi 8 décembre 2021

Médium : Joël URY
Intermédiaire : Laurie DUTOIT


Les esprits :

Amour et paix amis de la transcommunication. Le monde des esprits est encore un mystère pour votre humanité, une option, reléguée aux manifestations religieuses, aux croyances à peine plus importantes que les engouements des fans en tout genre.
Pourtant il est la trame de l’existence, la matrice et le sens de l’univers. Il est la charpente du monde visible et invisible. Il est même dans la force qui maintient les univers. Mais il est encore invisible de vos microscopes, insondable par vos accélérateurs de particules. Il est présent dans chacune de vos découvertes, sachant se rendre essentiel sans marquer son évidence.
Toutes vos sciences convergent sans le savoir vers cette découverte et vos travaux tendent à secouer l’entendement des chercheurs. Vous et tous les autres qui par intuition suivez une route souvent scabreuse, mais qui tient toute sa beauté dans la patiente et la dévotion que vous y mettez.
La communication avec le monde des esprits possède une multitude de variantes, mais un tronc commun qui se tient hors de toutes castes et de toutes vos philosophies, c’est un sens commun qui se manifeste en toute expression. Ensemble nous n’élaborons pas la solution, mais participons avec tous les autres à l’expression d’une solution, qui tôt ou tard pointera son originalité, en montrant son unique source. Avant cela, il y a le jalon et sa logique. Nous en avons construit une, tâchons de la continuer dans la candeur.

Laurie :

Selon notre compréhension nous avons pris le parti qu’une variation de pression sur un capteur de pression atmosphérique donne un phonème, est-ce que cette solution vous semble être la bonne ?

Les esprits : Elle sera la bonne avec vous oui, puisque nous avons déjà essayé d’agir sur votre matière tout autrement. Comprenez avant tout notre nature. Nous sommes bien plus proches de l’électromagnétisme que du fantôme drapé.
Notre morphologie est douée d’idéoplastie, c’est-à-dire que nous pouvons prendre toutes les formes n’en ayant aucune de bien précise. Seule notre intelligence est entière et circule dans la matière, toute la matière, comme l’électricité est induite par les métaux conducteurs. Ainsi vos propres corps sont pour nous autant de prise de force avec lesquels nous jaugeons votre espace et ses stimuli.
Nous aurions là tout près un médium à effet physique, que nous pourrions nous faire apparaitre devant vous et dans la seule atmosphère respirable de votre pièce. Mais n’ayant pas cette énergie, nous ne pouvons nous montrer dans votre matière que par des sortes d’impacts minimes, qui emportent avec eux notre volonté, un peu comme une bouteille à la mer.

La pression atmosphérique est modulable pour nous, mais bien moins que celle de votre sang par exemple. Il pourrait y avoir encore d’autres façons de capter notre présence, mais avec des nuances subtiles que vous ne pourrez en l’état mesurer. Nous pensons par exemple à l’ultra-violet.
Alors, lorsque nous vous inspirions d’utiliser un dispositif sonore pour nous entendre, nous voulions vous orienter vers la moindre résistance, mais aussi sur la synthétise d’une voix modulable à souhait.

Il est donc judicieux de poursuivre en ce sens, vous découvrirez que la multiplicité des phonèmes vous demandera une certaine rigueur dans le seuil de déclenchement, et surtout, rendez l’ensemble contrôlable par vous-même. Avant de nous demander de s’en servir, faites-le vous-même. Si vous arrivez à prononcer un mot avec votre procédé alors nous y arriverons aussi. Ne nous demandez pas de faire ce que vous-même êtes incapable de réaliser. N’oubliez pas, nous ne sommes que les âmes des hommes qui sont morts et non une sorte de chose improbable et contorsionnistes.

Amar :

Vous nous avez parlé de 60 capteurs de pression, les 36 phonèmes de la langue française vous suffisent-ils ?

Les esprits : Nous nous adapterons. Il est bien plus confortable pour nous autres de visiter des femmes et des hommes à l’aise et alertes avec leurs outils que de le faire au milieu d’une foule inquiète, apeurée, croulant sous la complication. Plus il y aura de possibilités auditives plus nous pourrons nous exprimer d’une manière audible mais pas au détriment de votre maitrise. N’oubliez jamais qu’avant d’utiliser vos appareils c’est vous que nous visitons, sans quoi vos machines nous seraient invisibles.

Laurie :

Est-ce que les quelques phonèmes que nous avons mis en place dimanche dernier (on a pu créer des mots avec) semblent vous convenir ?

Les esprits : Essayez plutôt de rendre la chose bien plus modulable. L’interface doit avoir la possibilité d’y exercer un exemple, un peu comme ce que vous appelez « preview ». Puis essayez de placer les capteurs à côté de l’expérimentateur, non derrière. Le mieux aurait été en face mais nous connaissons la petitesse et l’exigence de votre cellule.
Pour le choix des phonèmes, placez ceux qui reviennent le plus souvent dans une conversation simple. Nous ne vous donnerons pas un cours ni la plaidoirie de l’avocat. Dans un premier temps nous vous interpellerons, puis après l’écoute et le calage alors nous ferons des phrases.

Amar :

Sébastien s’est aperçu que depuis quelques temps sur le satellite à Dijon, que le vidéoprojecteur ne fonctionnait pas, c’est-à-dire qu’il ne projetait pas de formes aléatoires et pour autant il obtient tout de même des images, et ces deux dernières séances elles sont un peu plus centrées, un peu meilleures que par le passé. Est-ce qu’il est nécessaire de changer ce vidéoprojecteur, est-ce qu’on en a vraiment besoin, est-ce que vous avez vraiment besoin des formes aléatoires pour former des images ?

Les esprits :

Les formes aléatoires sont pour nous une palette dans laquelle nous choisissons des formes, des ombres, des masques, une courbe pour tout simplement construire la base de nos images. Mais à elles seules ces formes ne peuvent rien. Jumelées aux volutes de la brume, accompagnée par des interférences, le tout rendu visible par le seul fait des vibrations, donne à l’ensemble un terreau favorable. Essayez de bien comprendre, plus il y aura d’interactions dans un seul foyer, plus celui-ci sera perceptible pour nous. Essayez toutefois de grossir celles-ci, et de ne pas les rendre anguleuses. Faites des ronds, des courbes, des sortes de traces sans cassures.

Laurie :

Vous parlez uniquement du satellite ou également de la cellule pour les formes aléatoires ?

Les esprits :

Nous parlons de vos deux installations.

Laurie :

Donc là pour l’instant le conseil que vous nous donnez pour la cellule c’est juste d’essayer de les rendre moins anguleuses, mais je ne vois pas comment les changer avec le système que nous avons.

Les esprits :

Il vous faudra revoir la source de votre programme.

Sébastien :

Concernant les vibrations que j’ai ajoutées sur la brume et le clignotement des LED, je voulais savoir s’il y a des choses à améliorer.

Les esprits :

Mon ami, heureusement qu’il y a ces vibrations, sinon nous serions comme des aveugles dans une centrale électrique. Il va falloir cependant revoir les flux de tes caméras et surtout bien respecter le mélange de tes enregistrements.

Louis :

Est-ce que le corps de l’expérimentateur, le fait de toucher les capteurs, les appareils, peut vous permettre d’agir plus facilement en utilisant cette énergie ?

Les esprits :

Plus vous serez proches et confinés avec eux et plus nous pourrons agir dessus.

Laurie :

Avez-vous un autre conseil à nous donner pour la TCI auquel nous n’aurions pas pensé ?

Les esprits :

Nous aurons bien l’occasion de revenir à vous. Mais déjà nous aimerions vous faire comprendre que votre responsabilité est énorme et pèsera sur ce qui se déroulera prochainement. Nous comptons sur vos bras, vos jambes, mais aussi sur votre sens du partage et de la communication. Attention, l’un peut exister sans l’autre. On peut partager sans expliquer, et tout expliquer sans vouloir partager l’essence du pourquoi et du comment.

Amar :

Il y a quelque temps lors d’une séance psychotechnique, vous nous aviez évoqué à priori que l’avenir des manifestations vidéo serait plutôt dans la compréhension, dans la maitrise ou dans le travail avec le laser plutôt que la brume. Est-ce qu’on a bien compris cela et si oui est-ce que vous pourriez commencer à nous expliquer un petit peu la route.

Les esprits :

Oui, bien entendu. La brume joue là le rôle du révélateur, mais aussi d’un catalyseur. C’est en son endroit que vos supports convergent. Mais vous pourriez tout aussi bien réaliser des expériences avec une production d’hologramme en restitution axiale. C’est-à-dire que les expérimentateurs se tiendraient face à une lumière cohérente dans laquelle la profondeur et la largeur seraient rendues.
C’est un procédé qui existe déjà dans certains de vos musées proposant des hologrammes. Quant à vous, vous vous en éloignez. Encore une fois essayez de ne tenir qu’un bout de ficelle sans quoi vous pourriez, dans la multiplicité, réaliser des nœuds malheureux.

Amar :

Pour que ce soit bien clair, on doit se concentrer sur le protocole actuel pour l’affiner et l’améliorer et pas en changer.

Les esprits :

Oui mon ami, arrivera un moment où tu nous verras sans post production.

Les esprits :

Nous vous laissons à vos expériences.

Éric et Tardieu