Actualité de l'IFRESséancesTCI

Expérience TCI du mardi 9 octobre 2018

Une expérience dans la juste continuité.

Nous avions annoncé que nous expérimenterions le larynx virtuel, ce n'était pas pour cette expérience. En effet, le programme informatique devant répondre aux signaux des 60 capteurs de pression atmosphérique n'était pas prêt. Nous devrons attendre encore un peu pour s’ouvrir à une autre façon d'expérimenter le son. Mais déjà, avec le procédé habituel, nous entendions certaines anomalies fortes intéressantes. Nous partageons avec vous la plus pertinente, celle qui montre bien une voix (encore assez incompréhensible) qui n'a rien à voir avec le contexte audio que nous diffusons dans la cellule. Vous pouvez écouter cette anomalie sonore en bas de l'article. Sébastien qui est à la construction du Larynx a montré très vite des dispositions à la captation de PVE, ce qui sous entend une certaine médiumnité. Nous le savons, la TCI est encore intimement liée à cette faculté humaine qui rend exclusive ces moyens d’enregistrements. Nous espérons qu'à force de recherche, nous trouverons le moyen d’élaborer un dispositif susceptible de fonctionner avec tout le monde et ce en dehors de l’apport médiumnique reconnu comme tel.

Un retour sur la chaise vide.

Tout au long de notre histoire expérimentale, nous donnons une place importante à l'expérimentateur, pensons même que celui-ci agit sur le phénomène TCI. Un peut comme dans les expériences des fameuses fentes de Young (en mécanique quantique), nous sommes persuadés que le fait même d'observer l'enregistrement suffit à en orienter le résultat. Mais est ce que pour autant l’expérimentateur doit-être devant la machine, tout prêt ou peut-il se tenir à des centaines de kilomètres de là ? Les personnes qui entrent dans la cellule influencent le contact (cela devient évident), mais si personne ne s'y trouve, pouvons-nous recevoir des images analogues ? Nous avions déjà fait l’expérience à l’époque du Module, nous décidions de la refaire ce soir, répondant positivement à l'idée de Louis (jeune chercheur en physique quantique). Les résultats montrent que même si personne ne se trouve assis dans la cellule, les anomalies continuent de s'enregistrer. Avec le Module, nous ne recevions pas grand chose sans personne assis devant, mais avec cette configuration (la cellule) les choses sont toutes autres. Naturellement nous réitérerons les tests avec la chaise vide et peut-être aussi un jour avec des déclenchements aléatoires, ou automatique la nuit alors que personne ne se trouve dans le local.....Qui sait.....peut-être capterons nous tout autre chose encore.

Quoi qu'il en soit, la séance fut riche en résultats comme vous pouvez le voir au travers les images et vidéos partagées. Nous avons même une image obtenue par Angélique (une internaute expérimentant en même temps que nous depuis chez elle) qui nous habitue depuis un certain temps à une certaine régularité.

Pour ce qui est du Satellite, nous sommes encore en plein réglage et adaptation, Sébastien s'appropriant le matériel, maitrise petit à petit la particularité technique de l'ensemble. Nous n'avons donc pas eu ce soir là de communication croisée.