L’IFRES, qu’est ce que notre association?

L'Institut Français de Recherche et d'Expérimentation Spirite est une association loi de 1901 crée officiellement en 1992, mais active depuis 1982 (date à laquelle Joël Ury recevait ses premiers messages en écriture automatique). Elle est composée de bénévoles et ses travaux ne sont subventionnés que par la cotisation des adhérents et les dons.

L'IFRES agit selon les préceptes du Spiritisme en y apportant une discipline actuelle. La recherche qui y est menée reste encore en dehors de la science officielle, puisque entièrement basée sur un contact non reconnu officiellement. Dans son observation du monde, l'homme a inventé une mécanique pour s'expliquer les forces physiques qui régissent le monde visible. Puis il a du inventer une nouvelle mécanique pour t'enter de s'expliquer les lois qui régissent l’infiniment petit. Il lui faudra donc inventer une troisième mécanique pour s'expliquer le monde des esprits.

L'objectif à long terme de notre association est aujourd'hui bien connu (la production d'une image spatiale de type hologramme) en employant des procédés d'imagerie directement issue des sciences de l'optique (Holographie, Strioscopie). Néanmoins nous aimerions ici synthétiser celui-ci afin de mieux vous faire comprendre non seulement les aboutissants, mais également tous les moyens techniques qui en découlent. La recherche sur la survivance de l'esprit après la mort "relative" du corps et surtout les nouveaux moyens d'entrer en relation avec l'espace de l'après vie, est l'objectif de l'IFRES.

Entièrement en accord avec les fondements du Spiritisme et en s'appuyant sur les travaux remarquables des hommes illustres qui jalonnaient son parcours, l'IFRES souhaite actualiser une démonstration de recherche au travers différentes expérimentations en parfaite harmonie avec l'ère de notre temps. Sans perpétuer les expériences qui ont été menées par ses prédécesseurs en matière de Transcommunication Instrumentale, l'IFRES ouvre le champ de ses investigations à des nouveautés techniques selon ses moyens et compétences.

C'est ainsi qu'utilisant des systèmes de TCI déjà reconnus pour leurs fonctionnements, l'IFRES s'éloigner du conventionnel pour s'engager dans la construction de nouveaux systèmes d'enregistrements vidéo et audios. Parti d'une expérimentation analogue à celle qu'entreprenait Klauss SCHREIBER (Pionnier de la Transcommunication qui faisait de la recherche à Aix la Chapelle et qui obtenu de superbes résultats grâce à une simple TV et caméra vidéo voir l'histoire de la Transcommunication), l'IFRES s'oriente vers l'holographie qui devrait (selon des messages reçus en écriture automatique) permettre aux esprits de se manifester en trois dimensions (théorie de l'hologramme que nous devons transposer dans un système vidéo) et vers la Strioscopie (possibilité d'observer les perturbations invisibles de l'air) . La brumisation joue ici le rôle d'un révélateur ou d'un catalyseur. Elle n'est pas un but en soit et pourrait très bien un jour être remplacée par autre chose. Depuis le commencement de nos expériences, l'écran ou le réceptacle à toujours subit des transformations pour se "dématérialiser" dans la configuration. Ainsi la télévision a été remplacée par le vidéo projecteur. L'écran par un rideau de brume. Aujourd'hui nous explorons les possibilités d'influences que peut avoir l'esprit sur les formes aléatoires (volutes de brume et générateurs aléatoires de formes pixelisées) et à l'aide de statistiques démontrons que le hasard ou la paréidolie ne peuvent être la seule explication des anomalies que nous enregistrons. La question du matériel est une préoccupation permanente à l'IFRES ne pouvant nous contenter de matériel bon marché (souvent très médiocre). L'optique, l’acoustique, le traitement des signaux qu'ils soient analogiques ou numériques (vidéo ou audio) s'accordent très mal avec le manque de définition. Caméra haute résolution et vitesse, objectif professionnel, lentilles et accessoires pour laser, etc. le matériel de qualité nous permet d'aller plus loin et d'écarter les risques d'interprétations duent au manque de définition. Dans l'absolu l'on peut faire de la TCI avec du matériel peut couteux, mais dés l'instant que l'on veux étudier en profondeur le phénomène, l'à-peut-près n'est plus possible.

La Cellule Itinérante des perspectives captivantes.

La Cellule Itinérante en présentation au chateau de FougeretDepuis longtemps déjà, l'idée de créer une Cellule transportable était émise. Le travail que nous avons souhaité faire avec le GREPP a permis d'initier ce nouvel aspect de notre recherche. Ce n'est donc pas une seconde expérimentation TCI, mais la continuité de celle que nous réalisons à l'IFRES. Il faut s'entendre sur la valeur rajouté, cette Cellule itinérante permettra d'observer le phénomène TCI que nous étudions en dehors de notre local, mais aussi dans d'autre application telle que la communication croisée (possibilité de recevoir la même image ou complémentaire) simultanément en des endroits différent. La consécration de ce travail portera un coup décisifs à la simple explication de la paréidolie (effet d’optique). Car même si nous recevons deux images floues mais complémentaires, par exemple d'un coté 1+2 et de l'autre 3, il sera difficile d'expliquer ce phénomène par l’interprétation de formes brumeuses. Recevoir de telles images est donc un nouvel objectif pour nous, ayant commencé dans le genre avec les duplexes via internet que nous réalisons avec les internautes lors de nos séances de TCI (voir la page explicative).