L’IFRES, qu’est ce que notre association?

L'Institut Français de Recherche et d'Expérimentation Spirite est une association loi de 1901 crée officiellement en 1992, mais active depuis 1982 (date à laquelle Joël Ury recevait ses premiers messages en écriture automatique). Elle est composée de bénévoles et ses travaux ne sont subventionnés que par la cotisation des adhérents et les dons.

L'IFRES poursuit l"étude des phénomènes attribués au Spiritisme en y apportant une discipline actuelle. La recherche qui y est menée reste encore en dehors de la science officielle, puisque entièrement basée sur une réalité existentielle qui n'est pas encore admise par le corps scientifique . Dans son observation du monde, l'homme a inventé une mécanique pour s'expliquer les forces physiques qui régissent le monde visible. Puis il a du inventer une nouvelle mécanique pour t'enter de s'expliquer les lois qui régissent l’infiniment petit. Et bien il lui faudra en inventer une troisième  pour s'expliquer le monde des esprits. C'est ce vers quoi notre recherche nous emmène petit à petit.

L'objectif à long terme de notre association été longtemps la production d'une image spatiale de type hologramme, elle s'oriente aujourd'hui dans la démonstration patente d'une récurrence que l'on ne peut attribuer au simple hasard et qui se manifesterait soit par une image ou un calcul. Cette étude se fait en employant des procédés d'imagerie directement issue des sciences de l'optique (Holographie, Strioscopie). En schématisant, notre objectif à long terme est la démonstration expérimentale d'une réalité matérielle qui va au-delà des paradigme habituels (permanence de la psyché en dehors de la forme physique).

l'IFRES fait une recherche au travers différentes expériences de transcommunications Instrumentales et médiumniques.

Partie de systèmes de TCI connus dans le domaine, l'IFRES s'éloigner du conventionnel et s'engage dans la construction d'une nouvelle configuration permettant l'enregistrement vidéo et audio d'anomalies récurrentes. Bien que très tôt elle s'est orientée vers l'holographie aujourd’hui, l'IFRES utilise la Strioscopie (possibilité d'observer les perturbations invisibles de l'air) afin de pouvoir distinguer des signes de présence invisible. La brumisation joue dans cette expérience le rôle d'un révélateur ou d'un catalyseur. Elle n'est pas un but en soit et pourrait très bien un jour être remplacée par autre chose. Depuis le commencement de nos expériences, l'écran ou le réceptacle à toujours subit des transformations pour se "dématérialiser" dans la configuration. Ainsi la télévision a été remplacée par le vidéo projecteur. L'écran par un rideau de brume.

Aujourd'hui nous explorons aussi les possibilités d'influences que peut avoir l'esprit sur les formes aléatoires (volutes de brume et générateurs aléatoires de formes pixelisées) et à l'aide de statistiques démontrons que le hasard ou la paréidolie ne peuvent être la seule explication des anomalies que nous enregistrons. La question du matériel est une préoccupation permanente à l'IFRES ne pouvant nous contenter de matériel bon marché (souvent très médiocre). L'optique, l’acoustique, le traitement des signaux qu'ils soient analogiques ou numériques (vidéo ou audio) s'accordent très mal avec le manque de définition. Caméra à haute résolution et vitesse, objectif professionnel, lentilles et accessoires pour laser, etc. le matériel de qualité nous permet d'aller plus loin et d'écarter les risques d'interprétations dus au manque de définition. Dans l'absolu l'on peut faire de la TCI avec du matériel peut couteux, mais dés l'instant que l'on veux étudier en profondeur le phénomène, l'à-peut-près n'est plus possible.

La Cellule Satellite, des perspectives captivantes.

La Cellule Itinérante en présentation au chateau de FougeretDepuis longtemps déjà, l'idée de créer une Cellule transportable était émise. Le travail que nous avions souhaité faire avec le GREPP a permis d'initier ce nouvel aspect de notre recherche. Ce n'est donc pas une seconde expérimentation TCI que nous voulions faire, mais la continuité de celle que nous réalisons déjà à l'IFRES. Le principe sera donc de placer ce Satellite dans un autre endroits que la Cellule et de les faire fonctionner en même temps. Les résultats, si ils se croisent ou se complète, seront la démonstration de la non localisation du phénomène. La consécration de ce travail portera un coup décisifs à la simple explication de la paréidolie (effet d’optique). Car même si nous recevons deux images floues mais complémentaires, par exemple d'un coté 1+2 et de l'autre 3, il sera difficile d'expliquer ce phénomène par l’interprétation de formes brumeuses. Recevoir de telles images est donc un nouvel objectif pour nous, ayant commencé dans le genre avec les duplexes via internet que nous réalisons avec les internautes lors de nos séances de TCI (voir la page explicative).