L’IFRES, qu’est ce que notre association?

L'Institut Français de Recherche et d'Expérimentation Spirite est une association loi de 1901 crée officiellement en 1992, mais active depuis 1982 (date à laquelle Joël Ury recevait ses premiers messages en écriture automatique). Elle est composée de bénévoles et ses travaux ne sont subventionnés que par la cotisation des adhérents et les dons.

L'IFRES agit selon les préceptes du Spiritisme en y apportant une discipline actuelle. La recherche qui y est menée reste encore en dehors de la science officielle, puisque entièrement basée sur un contact non reconnu officiellement. Dans son observation du monde, l'homme a inventé une mécanique pour s'expliquer les forces physiques qui régissent le monde visible. Puis il a du inventer une nouvelle mécanique pour t'enter de s'expliquer les lois qui régissent l’infiniment petit. Il lui faudra donc inventer une troisième mécanique pour s'expliquer le monde des esprits.

L'objectif à long terme de notre association est aujourd'hui bien connu (la production d'une image spatiale de type hologramme) en employant des procédés d'imagerie directement issue des sciences de l'optique (Holographie, Strioscopie). Néanmoins nous aimerions ici synthétiser celui-ci afin de mieux vous faire comprendre non seulement les aboutissants, mais également tous les moyens techniques qui en découlent. La recherche sur la survivance de l'esprit après la mort "relative" du corps et surtout les nouveaux moyens d'entrer en relation avec l'espace de l'après vie, est l'objectif de l'IFRES.

Entièrement en accord avec les fondements du Spiritisme et en s'appuyant sur les travaux remarquables des hommes illustres qui jalonnaient son parcours, l'IFRES souhaite actualiser une démonstration de recherche au travers différentes expérimentations en parfaite harmonie avec l'ère de notre temps. Sans perpétuer les expériences qui ont été menées par ses prédécesseurs en matière de Transcommunication Instrumentale, l'IFRES ouvre le champ de ses investigations à des nouveautés techniques selon ses moyens et compétences.

C'est ainsi qu'utilisant des systèmes de TCI déjà reconnus pour leurs fonctionnements, l'IFRES s'éloigner du conventionnel pour s'engager dans la construction de nouveaux systèmes d'enregistrements vidéo et audios. Parti d'une expérimentation analogue à celle qu'entreprenait Klauss SCHREIBER (Pionnier de la Transcommunication qui faisait de la recherche à Aix la Chapelle et qui obtenu de superbes résultats grâce à une simple TV et caméra vidéo voir l'histoire de la Transcommunication), l'IFRES s'oriente vers l'holographie qui devrait (selon des messages reçus en écriture automatique) permettre aux esprits de se manifester en trois dimensions (théorie de l'hologramme que nous devons transposer dans un système vidéo) et vers la Strioscopie (possibilité d'observer les perturbations invisibles de l'air) . La brumisation joue ici le rôle d'un révélateur ou d'un catalyseur. Elle n'est pas un but en soit et pourrait très bien un jour être remplacée par autre chose. Depuis le commencement de nos expériences, l'écran ou le réceptacle à toujours subit des transformations pour se "dématérialiser" dans la configuration. Ainsi la télévision a été remplacée par le vidéo projecteur. L'écran par un rideau de brume. Aujourd'hui nous explorons les possibilités d'influences que peut avoir l'esprit sur les formes aléatoires (volutes de brume et générateurs aléatoires de formes pixelisées) et à l'aide de statistiques démontrons que le hasard ou la paréidolie ne peuvent être la seule explication des anomalies que nous enregistrons. La question du matériel est une préoccupation permanente à l'IFRES ne pouvant nous contenter de matériel bon marché (souvent très médiocre). L'optique, l’acoustique, le traitement des signaux qu'ils soient analogiques ou numériques (vidéo ou audio) s'accordent très mal avec le manque de définition. Caméra haute résolution et vitesse, objectif professionnel, lentilles et accessoires pour laser, etc. le matériel de qualité nous permet d'aller plus loin et d'écarter les risques d'interprétations duent au manque de définition. Dans l'absolu l'on peut faire de la TCI avec du matériel peut couteux, mais dés l'instant que l'on veux étudier en profondeur le phénomène, l'à-peut-près n'est plus possible.

Un nouveau partenariat

Il existe dans nos vie des rencontres qui marquent l'évolution de notre chemin. Des passages évidents où l'on s'engagent sans heurts ni désagréments. La rencontre avec Christophe et Marguerite (fondateurs du GREPP) se faisait tout naturellement, amener par la providence, lors d'une soirée où des amis communs nous réunissait. Très vite il devenait évident que nous avions un chemin à faire ensemble, tel était compatible notre façon d'aborder le sujet du paranormal.

Depuis le commencement de notre aventure spirituelle, nous avons rencontré beaucoup de personnes, obtenue beaucoup de promesses, écouté beaucoup de conseil avisé, mais jamais nous avions jusqu'ici rencontré des personnes engageantes avec un vrai sens moral. Naturellement, nous n'essayons pas de brosser un portrait "idyllique" et encenseur de Christophe et Marguerite, mais tentons d'expliquer notre choix.
Au court de notre cheminement nous avons perdu de vu quelques personnes qui furent importantes dans la réalisation de notre identité. Des périodes douloureuses qui nous obligeaient à la remise en cause, non sur nos acquis, mais sur la façon de travailler et de partager avec les autres. Ces "lâchés prise" ouvraient de nouvelles routes avec de nouvelles dynamiques. Nous rencontrions alors des personnes providentielles qui nous permirent de progresser et de nous orienter dans une nouvelle ère.
C'est ainsi que les rangs de l'ifres se remplissaient de nouveaux collaborateurs, chacun apportant avec eux son lot de bienfaits pour l'association. Les quelques membres fondateurs de l'ifres encore présent se voyaient alors entourés d'une nouvelle dynamique. C'est dans ce creuset que nous rencontrions Marguerite et Christophe.

Rassemblons les forces vives

La recherche que nous menons est longue et fastidieuse. Difficile d'être bon en tout et de pouvoir répondre présent à toutes les sollicitudes que nous rencontrons. Il est inconséquent de croire que tout seul nous puissions effectuer une recherche de qualité. Le rassemblement des moyens est souvent la clé pour grand nombre de problèmes. Notre spécialisation en TCI, qui s'est fait tout naturellement en suivant les directives techniques que nous recevions lors de nombreux messages médiumniques, ne nous permettait que rarement d'aborder d'autres aspects phénoménologiques induit par la manifestation des esprits. La hantise, l'observation de phénomène spontanés non provoqués, l’enquête rigoureuse en des lieux jugés "chargés" sont des terrains d’investigations essentiels pour la compréhension de certains phénomènes récurant (poltergeist, psychokinésie, télékinésie, apparition etc.). Bien que nous nous soyons plus d'une fois déplacés dans ce genre d'endroit, notre travail dans l'atelier TCI était tel, qu'il nous semblait compliqué de se disperser. La rencontre avec le GREPP devenait alors une évidence, l'éventail des possibles était ouvert et l’investigation TCI allait pouvoir s'exporter.

Plus loin que l'amitié

Ce genre d'étude rassemble et fait naitre des amitiés. Elle peut aussi engendrer des frustrations et de la colère. Mais jamais le but ne doit-être oublier et celui-ci est on ne peu plus clair. Vouloir communiquer avec le monde des esprits, mettre en évidence la magnificence de l’être vivant et rendre tangible des facultés encore largement méconnues n'est pas un objectif récréatif ni le prétexte à la légèreté. Il s’accommode cependant très bien de la camaraderie, mais peut s'enliser facilement dans l'exclusivité, l'orgueil et la nonchalance.
C'est en toute connaissance de cause que le partenariat que nous faisons avec le GREPP prend son envol. C'est un travail consensuel qui suit une inspiration profonde. Le monde des esprits nous expliquait à demi mot qu'il était à l'origine de cette alliance mais aussi la cause de certains désistements ! Comme ci il y avait une route à suivre, avec des places précises à tenir. La recherche que nous allons menée atteint donc aujourd'hui une nouvelle maturité. Notre rassemblement n'est plus celui d'amis convaincus, mais de travailleurs à la cause.

Des perspectives captivantes

De ce rassemblement est né une nouvelle orientation expérimentale, la recherche de la "synchronicité". Cette idée est directement sortie d'un message reçu en écriture automatique, lors d'une séance consacrée à la TCI.
Il fallait s'entendre sur la valeur rajouté. Il ne suffisait pas de s'accorder sur nos objectifs, il fallait aussi trouver de nouveaux moyens d’investigations et rendre évident le partenariat avec le GREPP, ainsi était né l'idée de la Cellule Itinérante.