séancesTCI

Expérience de TCI du samedi 10 avril 2021

La récurrence, maitre mot de nos expériences

Nous l’avons déjà écrit et c’est pour nous la base de notre recherche, la récurrence est présente et engageante. Sans cette répétition dans les résultats, nous ne pourrions pas avancer et parfaire nos installations. Cependant cette récurrence peut être à double tranchant. D’un coté elle nous réconforte et nous pousse à la réédition de nos essais, de l’autre elle nous conforte dans une posture qui pourrait être, alors dans un certain confort, sclérosante pour la suite à tenir (compte tenu que la remise en cause est tout autant importante pour l’évolution d’un principe).

La répétition de nos expériences montre bien la présence d’anomalies répétitives, ceci dans un aggloméra lumineux mélangé à de la brume, elle-même perturbée par les vibrations basses fréquences (25 hz). Mais elle nous montrent aussi un manque de définition et donc le besoin d’y remédier.

Les images qui suivent sont bien la démonstration d’un phénomène visuel qui semble bien répondre à nos demandes, mais aussi “dépeindre” ce qui se passe dans nos vies, comme si notre seule présence physique portait avec elle la rémanence des événements qui s’y déroulent. Par exemple la lettre K, qui semble être pour le coup la première lettre de la Klistic, (plateforme de vente de produits culturels et artistique en ligne animée par Cathy). Cette lettre apparue alors qu’elle se trouvait dans la Cellule, et ce sans une demande particulière. Autre exemple, l’image où l’on peut lire J2 au moment où Angélique se trouvait dans la cellule. J moins 2 correspond étrangement à un rendez-vous important pour elle. Naturellement tout ceci est à prendre avec beaucoup de prudence, l’interprétation est effectivement facile dans ce genre d’expérience. Mais ce n’est pas la première fois que nous sommes confrontés à ce genre d’interactions, il faut donc en tenir compte.

Les autres images montrent des signes, des chiffres et des visages difficilement identifiables.

Les vidéos

Les vidéos ci-dessous sont issues des clips originaux. On peut y voir l’apparition de l’anomalie

Du coté du Satellite

Le satellite donna plusieurs résultats. L’image présentée ici est la meilleure du lot, montrant sans mal un visage. Là aussi nous avons la démonstration d’un manque de définition. A chaque expérience, nous nous apercevons de ce problème, que nous devrons tôt ou tard résoudre. Rappelez-vous que pour le moment, ce dispositif est encore muni d’un système vidéo analogique SD (vidéo standard de 720/576 pixels), alors que la Cellule est équipée d’un système tout numérique HD-full (1920/1080 pixels).

image du Satellite de la grande Cellule, ayant subit un contraste.

Le Larynx

L’apprentissage continu du coté du son. Sébastien R, agence le dispositif d’une manière à ce qu’il réponde à une certaine logique, pouvant alors isoler les sons et capteurs correspondants. Ainsi, l’étude des interactions est rendue plus clair, en attendant une plus grande maitrise du système. De plus, chaque expérience est le théâtre de réglages évolutifs, de mises au points successives, tout ceci dans l’optique d’améliorer le dispositif. Les exemples ci-dessous sont des extraits dépeignant cet apprentissage.

Du coté des internautes

Ce jour là il n’y avait qu’une seule personne qui tentait l’expérience avec nous. Depuis chez elle, Magali prenait à la volé des images issues du même flux vidéo que nous (depuis notre page en ligne dédiée à cet effet). Nous en avons retenue deux. L’une est capturée depuis la cellule, l’autre du Satellite (tout ceci via internet). Deux anomalies qui rendent assez bien ce qui ce passait ce jour-là. Nous remercions vivement Magali, qui de par sa participation, nous aida à remplir le dossier si important de l’étude des phénomènes liés à la conscience et sa communicabilité en dehors de la biologie.